webschool-orleans-cloud-computing-genie-lampe.jpg

 

Connaissez-vous l’histoire d’Aladdin ou la Lampe merveilleuse, ce conte arabo-perse associé depuis le XVIIIè siècle au recueil des Mille et Une Nuits ?

 

 

Le conte


Aladdin doit aider un méchant sorcier à s’emparer de la lampe magique que celui-ci convoite et qui est cachée dans une grotte. Posséder cette lampe équivaut à devenir le roi du monde. Lorsqu’ Aladdin se rend compte de la supercherie, sa vie est en danger.  Mais les génies de l’anneau et de la lampe vont l’aider à conquérir la belle princesse Badr’-Al-Budur…


Pour une raison que j’ignore totalement, ce conte et les images associées à celui-ci depuis ma plus tendre enfance, ont resurgis dans ma nuit, quelques heures après avoir quitté la séance mensuelle de la WebSchool Orléans. La soirée était consacrée au Cloud, vous savez, ce fameux nuage informatique ou cette informatique en nuage dont on parle tant depuis quelques années.

 

 

 

Le Cloud Computing


En voici une définition, courte ! Le Cloud Computing, ou Infonuagique pour nos amis québéquois, est l’accès, via un réseau de télécommunications, à la demande et en libre-service (payant bien sûr), à des ressources informatiques partagées et configurables.


Autrement dit, au lieu de stocker vos infrastructures informatiques, vos logiciels, vos dossiers et fichiers, voire votre bureau Windows, physiquement dans votre ordinateur chez vous, vous les stockez dans un nuage, à distance de chez vous. En somme vous les confiez à la toile Internet.


Et vous transportez votre gros PC en déchèterie afin de lui substituer un minibloc auquel vous connectez votre clavier, votre souris, votre moniteur… Génial ! Vous vous êtes débarrassé aussi des plantages, des mises à jour, et de toute la maintenance de votre informatique.


Puis vous réglez à un spécialiste de l’infonuagique un abonnement mensuel calculé en fonction, entre autres, de votre espace de stockage et aussi des giga, tera, peta, exa, zetta, yotta … octets de données qui transitent via tapis volant entre vous et la nébuleuse informatique.



webschool-orleans-cloud-computing-tera

 

 

 

 

Les services nuagiques


Pour ajouter du mystère au conte, les quatre grands services fournis par les marketeurs du nuage sont des formules magiques : SaaS, DaaS, PaaS, IaaS. Demandons à la lampe merveilleuse d’Aladdin de nous éclairer : aaS comme Service, S comme Software/Logiciel ; D comme Data/Données ; P comme Platform/Plateforme ; I comme Infrastructure.

 


 

Les différents nuages/clouds.


Les nuages privés gérés en interne par une entreprise pour ses besoins.


Les nuages privés dédiés aux besoins d’une seule entreprise, mais dont la gestion est externalisée chez un prestataire.


Les nuages publics gérés par des prestataires qui louent leurs services à de nombreuses entreprises.



webschool-orleans-cloud-computing-cartoon-french

 

 

Le tapis volant


Quoi de mieux comme moyen de locomotion qu’un tapis volant, qui repose sur le mythe de la lévitation, pour transporter vos données jusqu’à votre nuage, qu’il soit privé ou partagé ?  Grâce au génie de la lampe merveilleuse, les documents stockés dans votre nuage voyageront sans autre formalité jusqu’à votre tablette ou votre téléphone mobile, sous réserve d’un réseau 3G absolument sans faille et sans zone d’ombre.


En revanche, comme l’un des élèves de la Webschool le faisait remarquer, si vous vous trouvez une grotte similaire à celle d’Aladdin, et sans fibre optique, vous aurez beau frotter votre tablette magique tactile ou votre téléphone mobile, aucun génie n’apparaitra pour vous sauver la mise et faire réapparaitre vos données.


Bien d’autres dangers vous guettent sur la route du nuage : sécurité, confidentialité, sauvegardes, changement de prestataire, Patriot Act – qui autorise l’exploitation par l’état américain de toute donnée stockée sur son sol, fiabilité des mots de passe, garantie du service, service après-vente, formation …



Votre nuage sera-t-il aussi pérenne que le conte arabo-persan ?


 

webschool-orleans-cloud-computing-dinosaur-french

 

 

 

La lampe merveilleuse – Interprétations


La lampe d’Aladin était faite d’étain ou de cuivre, peut-être d’argile seulement. Le texte de Galland ne nous dit rien là-dessus – nous apprenons seulement qu’elle était suspendue à la voûte d’une grotte. On ne l’allumait pas, mais on la frottait pour que le génie apparaisse. Il pouvait en une nuit édifier des palais ou ravager des villes, selon que l’ordonnait le maître de la lampe. Elle garantissait la souveraineté jusqu’aux limites du monde connu de la Chine jusqu’à la Mauritanie.



Pour reprendre l’image de Jünger à propos de la lampe, « le chèque en blanc » que représentent sa possession et son utilisation, comporte les plus grands risques. Tous les vœux sont possibles. Cette licence induit la démesure et celui qui possède la lampe sera exposé à la tentation d’exercer le pouvoir qu’elle donne, à l’égal d’un démiurge. http://feeries.revues.org/index121.html

 

 

 

 

La vidéo récapitulative sur le Cloud Computing – En Québéquois !


NB – Cette vidéo vous est proposée par un markéteur du nuage, un prestataire de nuages.
Néanmoins, cela ne lui enlève pas son intérêt !

 

 

 

Le Tango argentin à Orléans, fidèle élève des sessions du mardi de la Webschool, en quête des solutions informatiques les plus adaptées à la promotion du tango argentin sur la toile, remercie sincèrement Aymeric LIBEAU, Chief Cloud Officer chez SSII Pentalog pour son exposé très érudit et très accessible jeudi dernier. Sans lui, cet article n’existerait pas.


 

webschool-orleans-cloud-computing-nebuleuse

La Nébuleuse de l’aigle

 

06 98 22 38 47

www.tangoporteno-orleans.com